Escarpins femme

Escarpin en cuir : ses origines

Si les talons existent depuis le Moyen-âge, l'escarpin en cuir, tel qu'on le connaît aujourd'hui est issu du savoir-faire et du talent de certains créateurs italiens au début des années 50.

Escarpins à talons : spécificités

Signifiant petite chaussure en italien, l'escarpin en cuir est une chaussure pour femme décolletée. Ne comportant pas de système de fermeture, l'escarpin en cuir est une paire de chaussure facile à enfiler.

La force de l'escarpin se trouve dans le talon qui doit mesurer au minimum 4 centimètres. Pour un talon très long et très fin, on parle de talon aiguille, et si celui-ci dépasse les 10 centimètres, on le désigne sous le terme de stiletto.

L'escarpin en cuir peut se décliner en plusieurs variantes, à bout ouvert, carré, coupé, pointu ou en ogive. Parfois muni d'une simple bride, ou d'une double, voire croisée sur le cou-de-pied, l'escarpin en cuir allonge et affine la silhouette tout en galbant les mollets.

Escarpin en cuir : l'évolution d'un symbole féminine

Considéré comme le summum de la féminité, les plus grandes stars l'ont adopté de Marlene Dietrich ou Rita Hayworth dans les années 1950 à Brigitte Bardot et Ava Gardner dans les années 1960. A la même époque, la notoriété grandissante de la paire de chaussure attira la curiosité des plus grands couturiers français qui furent vite conquis par les avantages que pouvait procurer l'escarpin en cuir. En effet, ils considéraient que l'escarpin apportait une finition parfaite aux silhouettes féminines. Ainsi, les maisons de haute couture contribuèrent à démocratiser la paire d’escarpin à talons.

Cependant, dès les années 70, l'escarpin en cuir se fit une mauvaise réputation. D'une part par le mouvement féministe qui revendiquait les pantalons et les chaussures plates et d'autre part par les médecins qui reprochaient à l'escarpin à talons de créer des problèmes dorsaux.

Il faudra attendre jusque dans les années 90 avec des séries à succès comme Sex and the City pour que l'escarpin en cuir se popularise à nouveau. Aujourd'hui, les plus grands créateurs s'en inspirent et le déclinent avec audace.

Devenu un véritable symbole de féminité, « la plupart des femmes préfèrent aller en enfer en talons hauts plutôt qu'au paradis en talons plats » selon William Rossi.