Ballerine femme en cuir

Ballerine en cuir : ses caractéristiques

Issu du mot « ballare » en italien qui signifie « danser », une ballerine en cuir est une chaussure en cuir féminine fermée et décolletée le plus souvent à bout rond, carré ou pointu et possédant parfois un tout petit talon voire pas du tout. La ballerine en cuir a très vite supplanté l'escarpin en cuir parfois redoutable niveau confort.

Si la ballerine en cuir n'a pas toujours eu la réputation d'être une chaussure sexy du fait qu'elle appartienne à la catégorie des chaussures plates. Mais évidemment selon que la ballerine en cuir soit portée avec une robe habillée ou un jean troué, on ne lui trouve pas le même chic. Et puis n'oublions pas que la ballerine est avant tout une chaussure de danseuse autrement dit c'est aussi la chaussure de la grâce.

ballerine cuir

Ballerine en cuir : sa naissance

Son origine date du début du XXème siècle. En effet, passionné par l'opéra et le ballet, Jacob Bloch créa en 1937 à Londres dans un atelier de confection des chaussons de danse améliorés appelés ballerines en cuir. Son objectif était de fabriquer un chausson confortable, plus souple à la fois élégant et raffiné.

En 1947, Roland Petit, danseur étoile, demande à sa mère Rose Repetto de lui confectionner une nouvelle paire de chausson pour ses cours de danse. Revenant avec des courbatures et des filets de sang au niveau des pieds, la douleur était devenue insupportable.

Couturière de son état, Rose Repetto améliorera à nouveau les chaussons de danse à l'aide d'une nouvelle technique de confection consistant à coudre la semelle du chausson à l'envers. Véritable innovation, les chaussures en cuir et surtout les ballerines en cuir connaissent très vite un succès au sein du conservatoire. Ainsi, elle ouvra un atelier Rue de la Paix à Paris.

 

Ballerine en cuir : ses évolutions

En 1956 dans « Et Dieu créa la femme » de Vadim, la ballerine en cuir se démocratise. En effet, Brigitte Bardot, icône de l'époque, demande à l'atelier Repetto de lui confectionner une paire de ballerines de ville souple, légère et sensuelle pour le film. Ainsi, B.B propulsa le chausson de danse sur le devant de la scène.

Nommée « la cendrillon », la ballerine en cuir devint aussi culte que le film. Plusieurs autres stars permirent d'entretenir ce véritable phénomène de mode comme Audrey Hepburn dans son style « capri » (pantacourts prêts du corps), Serge Gainsbourg avec les fameuses « zizi » ou encore Mick Jagger.

Aujourd'hui les ballerines existent partout. Elles ont été déclinées sous toutes les formes et couleurs possibles. On en trouve à tous les prix dans les petites boutiques de chaussures selon la qualité du cuir. Il faut bien reconnaître que les ballerines en cuir Exclusif chaussures sont particulièrement bien placées en terme de rapport qualité prix (ballerine toute en cuir, semelle cuir, doublure cuir pour moins de 100 euros).

Dans les différents styles de ballerines existants, vous trouverez certains modèles à bout droit. Un bout droit est une marque horizontale qui délimite précisemment par une surpiqure le bout de l'ensemble de la chaussure. Ce bout est souvent marqué par une matière différente et cela apporte une originalité à la ballerine classique en cuir de bout en bout.